Le mystère des Patriotes de LJP

Par Aurélie St-Amand de l'école secondaire Louis-Joseph-Papineau

Publié le 22 décembre 2010

Nous savons tous que des joueurs de football évoluent dans l’équipe sportive de l’école secondaire Louis-Joseph-Papineau (LJP), soit les Patriotes.

Or, cette année, ceux-ci se voient contraints de déclarer forfait à la dernière partie de la saison. La véritable explication demeure toutefois inédite et c’est à cette interrogation que le professeur d’éducation physique et entraineur des Patriotes, Marc Stooke, tente de répondre tout en réfutant les rumeurs qui se propagent dans l’Outaouais.

Il faut d’abord élucider les propos qui soutiennent que notre équipe sportive n’existe plus, car ceux-ci sont complètement faux et ne se basent sur rien. Il ne faudrait pas oublier que l’école secondaire de Papineau se compose de peu d’élèves. Ainsi, en tenant compte de ce fait, on comprend facilement qu’il peut s’agir d’un défi de mettre sur pied une équipe complète d’un nombre réglementaire de 20 joueurs. C’est ce qui s’est produit cette année.

Bien que nous ayons commencé la saison avec un total de 27 membres, au cours de celle-ci, plusieurs d’entre eux ont dû quitter l’équipe pour des raisons médicales, mais surtout, tel que l’affirme l’entraîneur et le coordonnateur défensif, Frédérik Ménard, pour des raisons de mauvais comportement; nous nous sommes donc retrouvés avec un total de 18 joueurs. Comme le nombre ne suffisait plus, l’équipe a donc dû  déclarer forfait à la dernière partie et ainsi, hâter la fin de la saison. Toutefois, il faut mentionner qu’il s’agit d’une première dans l’histoire des Patriotes et que nos entraineurs restent confiants quant à l’avenir de l’équipe.

M. Stooke explique plutôt la situation par un manque de rigueur de plus en plus marqué chez l’adolescent et soutient que, même s’il manque de joueurs, le respect des règles est primordial. Somme toute, comme à chaque année, le camp d’entrainement des Patriotes reprendra en mars prochain avec, espérons-le, suffisamment de participants.

En conclusion, il ne faut pas croire tout ce qui se dit par rapport à l’avenir des Patriotes. Il est nécessaire de garder espoir et de continuer à les encourager, car après tout, il s’agit, pour plusieurs, d’une motivation à venir à l’école.