La chasse, un sport ?

Cathryne Lepage Thibert du Centre l'Escale

Publié le 8 décembre 2016

Logo l'Etudiant

Les sports sont de plus en plus diversifiés avec le temps. Mais peut-on réellement considérer la chasse comme un sport légal ? Je crois que non. Premièrement, qu’est-ce qu’un sport ? A-t-il un impact direct sur la faune ? Quels sont les dangers reliés à celui-ci ? Ces questions seront répondues au cours de ce texte.

Tout d’abord, nous devons nous poser les questions suivantes : « Quelle est la définition du mot sport et quelle est la définition de mot chasser ?» Selon le Larousse, le sport est une activité visant à améliorer sa condition physique. Peut se présenter sous forme de jeux individuels ou collectifs donnant généralement lieu à compétition. Quant à la chasse, le Larousse dit qu’elle est une action de chasser, de guetter ou de poursuivre les animaux pour les prendre ou pour les tuer. Personnellement, je ne vois aucune similitude entre ces deux définitions. Rester caché en attente qu’un animal se place dans sa mire n’est aucunement bénéfique pour l’exercice physique. De plus, comment enlever la vie d’un être vivant peut moindrement ressembler à un jeu ? Où est la compétition lorsque l’autre partie n’est même pas au courant de la situation ?

Parlons maintenant des impacts de cette pratique sur la biodiversité. Ceux-ci à court terme sont évidents : plus on chasse, plus les animaux deviennent craintifs face à l’humain. Pour certaines espèces plus vulnérables, leur réaction sera de s’enfuir laissant parfois une nichée ou une couvée derrière elles et par de même, déstabilisant leur habitat naturel. Pour d’autres espèces, l’agressivité peut être une solution face à l’humain. Dans les deux cas, les effets sont loin d’être positifs. À long terme, on peut craindre l’extinction de certaines espèces. Il s’agit d’un problème gravissime.

Et les dangers liés à la chasse, eux ? Durant la saison 2014-2015, au Québec seulement, on a rapporté 126 accidents. 22 accidents, dont trois mortels, étaient des « auto-accidents », 76 accidents dont 11 mortels sont sur des chasseurs et 18 accidents sont sur des « non-chasseurs ». Sans compter les autres accidents non rapportés.

Certains diront qu’il n’y a aucun danger de posséder une arme de chasse puisque celle-ci est sous clé. Mais est-ce totalement vrai ? Le Canada évalue que 21% à 34% des ménages possèdent une arme à feu. 8% des décès chez les jeunes de 15 à 18 ans sont attribués à une arme à feu et 79% de ceux-ci sont des suicides. Selon Statistique Canada, il est prouvé que les ménages possédant une arme sont plus susceptibles du commettre un suicide ou un homicide.

Pour toutes ces raisons, je trouve que la chasse ne devrait pas être considérée comme un sport légal. Avec de tels arguments et de telles statistiques, je vous invite à reconsidérer votre opinion sur cette pratique barbare.