L’argent peut-il acheter le bonheur?

Aaditya Chopra de l'École secondaire Grande-Rivière

Publié le 10 janvier 2017

Logo l'Etudiant

Vous vous êtes sûrement demandé ou fait demander si l’argent peut acheter le bonheur. Cette question peut trouver plusieurs réponses différentes.

Sans doute, le vrai bonheur se trouve dans la famille, la musique, les amis, etc. Par contre, sans l’argent, vous ne pourriez pas acheter une maison, ni des cartes à jouer, ni un jeu de « Monopoly ». Vous ne pourriez même pas acheter de la nourriture. Alors?  On a besoin de l’argent pour atteindre le bonheur, c’est ça? 

Plusieurs d’entre vous travaillez déjà et ceux qui ne travaillent pas, mettez-vous dans les souliers d’un travailleur.  Vous n’êtes pas content de votre salaire. Un jour, votre patron décide de vous donner une promotion et de l’augmenter. Vous serez très heureux et vous vous sentiriez fier de vous-même, mais au bout de 2 ou 3 mois, la plupart d’entre vous seriez dans la même situation qu’au début, mécontent de votre salaire. Des études scientifiques démontrent qu’aux États-Unis, les familles gagnant au-delà de 75 000$ ne sont pas plus contentes que les familles avec un revenu moins élevé.  

Le problème est dans la façon de dépenser l’argent. Il est prouvé qu’au lieu de tout dépenser sur nous- même, on peut trouver le bonheur en dépensant pour les autres.  Alors achetez des cadeaux, payez-leur un café, une sortie au cinéma, etc.).  Le receveur ne devient pas moins heureux, son bonheur est inchangé. Lors d’une expérience faite sur des équipes dans une organisation, au lieu d’envoyer une somme considérable à une seule association caritative, l’organisation a divisé l’argent entre les équipes et elles le donnaient aux associations caritatives de leur choix. Ceci a nettement augmenté leur satisfaction face à leur engagement. Tout comme dans une autre expérience, quand les employés dépensaient de l’argent sur les uns et les autres, les employés étaient plus satisfaits, la performance s’est améliorée et les ventes ont monté. La façon qu’on dépense de l’argent sur les autres n’est pas importante, l’important est d’aider le monde.

Un autre aspect à  considérer serait sur quoi on dépense de l’argent. Vous seriez plus content si vous dépensiez l’argent sur des expériences que sur des biens matériels. Par exemple, vous seriez plus heureux si vous faisiez un voyage dans le sud au lieu d’acheter le nouveau iPad. L’expérience vaut beaucoup plus que vous pensez. Dans une étude faite par M. Ryan Howell,  professeur agrégé de psychologie à San Francisco State University,  celui-ci a découvert que les gens pensent que c’est le contraire, parce que le matériel dure plus longtemps qu’un concert de musique, par exemple, mais lorsqu’ils en pensent, ils ont réalisé que l’expérience vaut beaucoup plus. Un professeur chez Cornell University, Thomas Gilovich, dit que les gens font souvent un calcul rationnel, ils disent qu’ils ont tant d’argent et ils peuvent faire ceci ou acheter cela.  Par contre, ils disent que faire ceci serait fantastique, mais ne durerait que peu de temps, tandis qu’acheter des biens matériels durerait plus longtemps, ce qui est vrai factuellement, mais faux psychologiquement.  Le professeur soutient qu’on s’adapte à notre matériel.

Toutefois, plusieurs études ont démontré que la dette a un effet négatif sur le bonheur. Un sondage  a révélé que dans les couples mariés, ceux qui ont un niveau de dette plus élevé ont plus de conflits conjugaux. Le professeur Gilovich a ajouté que même si les expériences donnent plus de bonheur, il faut, sans doute acheter l’essentiel.

En bref, avoir plus d’argent ne veut pas nécessairement dire que vous serez plus heureux. Sans aucun doute,  le vrai bonheur se trouve dans la famille, les amis, etc. mais, l’argent est aussi essentiel pour la vie. L’argent peut, effectivement, acheter le bonheur si c’est bien dépenser, c’est-à-dire de ne pas tout dépenser sur soi-même, d’aider les gens et de dépenser notre argent sur l’expérience et non uniquement sur les biens matériels. En revanche, la dette peut diminuer le bonheur. Comme le dit Paul-Jean Toulet, « L’argent est une troisième main. »