Quitter le secondaire… c’est difficile!

Maxime Martel de la Cité étudiante de la Haute-Gatineau

Publié le 7 avril 2016
Étudiant Outaouais

Si quelqu’un m’avait dit un jour que de quitter le secondaire serait difficile, je n’y aurais jamais cru. Être au secondaire, c'était mon rêve, et ce, pendant tout mon primaire.

Pendant mes cinq années au secondaire, j’ai fait de nouvelles connaissances. Une routine s’est installée : aller à l’école, travailler et consacrer mes temps libres à mes amis. N’avoir aucun stress, et ce, jusqu’au jour où j’ai pris conscience que je devais faire un choix de carrière.

Que vais-je faire dans la vie? Cette décision est la chose la plus dure que je dois prendre. J’ai toujours des questions sans réponses, mais je présume qu’avec l’âge et l’expérience je pourrai y répondre, et ce, moi-même.

Je ne suis toujours pas certaine de mon choix de carrière, mais à quelque mois de la fin, je n’ai plus beaucoup d’options qui s’offrent à moi. Je vais au Cégep ou non. Vais-je avoir les notes requises pour y entrer? C’est toujours une grande inquiétude chez les jeunes. S’adapter à une nouvelle école est toujours la partie la plus angoissante.

« J’ai hâte de sortir de l’école secondaire pour commencer ma vie! » c’est une phrase dite couramment par les jeunes, mais elle est vide, sans connaissance. Nous ne connaissons rien au monde, car nous sommes encore chez nos parents ou tuteurs et ne payons rien. C’est la partie entièrement libre qui peut faire peur.

J’espère que toutes mes inquiétudes disparaitront au fil de mon secondaire V et qu’elles laisseront place à de bonnes choses.

J’ose espérer que mes années de Cégep seront « la plus belle partie de ma vie ». Je n’oublierais jamais mes amis qui ont été là tout mon secondaire. Et j'espère, ne jamais les perdre!