La beauté

Laurie-Ming Goyette de l'École secondaire Hormisdas-Gamelin

Publié le 5 avril 2016
Étudiant Outaouais

Dans la société, nous avons de nombreux critères de beauté. «Ne sois pas trop gros, ne sois pas trop maigre, sois assez musclé mais pas trop, bronzé un peu ou pas, efface tes boutons, fais de beaux sourires, camoufle tes rides, garde la tête haute sans avoir l’air hautain, habille-toi bien. Tu te dois de donner une bonne impression, de remplir tous ces critères sinon… C’est laid. ».

Nous avons différentes définitions de la laideur. Chacun peut juger si quelqu’un est beau ou pas, que ce soit dans sa tête ou à voix haute. Tout le monde donne son avis qui diverge, mais pas tant que ça. Les médias, les magazines, les réseaux sociaux et les gens en général nous influencent et nous imposent des règles imaginaires qui nous dictent comment être parfait. Ils nous disent comment maigrir, comment bien porter un vêtement, comment bien agencer les couleurs, comment coiffer convenablement nos cheveux, quel parfum il faut utiliser pour attirer les gens, quel bracelet nous permettra de nous distinguer ou quel soulier il faut porter pour un rendez-vous.

Notre perception est déformée depuis tellement longtemps que nous ne savons plus discerner la vraie beauté. Les personnes qui se considèrent ou qui sont considérées comme laides sont harcelées, insultées par des regards remplis de jugement.  C'est finalement leur propre reflet ou leur conscience qui leur dit qu’avec des conseils sur la beauté, elles pourraient rentrer dans les normes «plastiques» par le botox.

Je me dis que si nos exigences en matière de beauté étaient différentes, ces personnes pourraient devenir les mannequins d’aujourd’hui. On nous répète que la beauté est intérieure, mais qui est véritablement capable de la discerner? Qui est capable de ne pas juger une personne seulement par son apparence? Qui prend vraiment le temps de connaître quelqu’un avant de dresser un portrait réel?  Peu de gens, à mon avis.

Après cet article, je souhaite que vous preniez le temps d’y penser, d’y réfléchir en vous questionnant sur votre définition de la beauté. Ainsi, j'espère que vous pourrez vous libérer des chaînes fourbes et attrayantes de la beauté.