Pourquoi les petites filles aiment-elles le rose ?

Alice Savard de l'École Sacré-Cœur de Gracefield

Publié le 1 mars 2016
Étudiant Outaouais

L’enfant est drôlement perçu par notre société adulte. On le souhaite à la fois autonome, capable de prendre des décisions alors que dès ses premiers balbutiements, on le moule dans des stéréotypes préétablis. Par exemple, on le veut curieux, mais on ne lui parlera pas des enjeux importants de notre société. On l’espère assez éclairé pour prendre de bonnes décisions, mais on ne l’éduquera pas à se faire lui-même une opinion, car ce serait le rendre trop adulte.

On le maintient dans cet état de dépendance et d’ignorance, on l’empêche d’être un enfant en l’encombrant d’un problème strictement adulte, la sexualité. Je sais très bien que cette phrase en fera sourciller plus d’un, et avec raison, parce qu’on évite la plupart du temps d’éduquer les petits enfants à la sexualité… J’entends plus par là savoir si nous sommes fille ou garçon, attirés par les hommes, les femmes, les deux, etc. Dès notre plus jeune âge, des adultes nous départagent en deux catégories : les petites filles, douces et geignardes d’un côté et les petits garçons forts et énervés de l’autre, alors que dans les faits, les bébés filles et les bébés garçons ont les mêmes activités, soit manger, dormir, pleurer et baver, pas nécessairement dans cet ordre…

     Nous nous faisons imposer des modèles, idéaux et codes moraux selon notre genre sans savoir le moindrement ce qu’ils signifient. Nous ne connaissons pas encore la différence entre un homme et une femme et déjà nous savons à quelle classe nous appartenons. C’est entré tellement profond dans notre subconscient que nos goûts et intérêts sont entièrement reliés à ce qu’on nous impose comme modèle. Pourquoi les petites filles préfèrent-elles le rose, les fleurs et les princesses et les petits garçons le bleu, les ballons et les super-héros? Parce qu’on dit aux jeunes filles qu’elles doivent aimer le rose, les fleurs et les princesses et aux garçons qu’ils doivent aimer le bleu, les ballons et les super-héros.

Mais ce n’est pas le pire, nous nous faisons aussi imposer une orientation sexuelle. Toutes ces histoires de princesses qui se font enlever à leur vie ennuyante par de superbes princes forts et courageux et de super-héros allant sauver leurs amantes faibles, désœuvrées et magnifiques. Pourquoi tout ce que nous connaissons de l’amour dans notre jeune âge est-il uniquement hétérosexuel?  J’ai le souvenir de ma remise de diplôme de la garderie (oui, je sais…) où tous les enfants avaient eu des commentaires du genre : << Est toujours de bonne humeur>>, <<Fait rire les gens en classe>> ou <<Est toujours calme et attentif>>  sauf une de mes compatriotes qui avait eu droit à ceci : <<La prochaine est Nadine et c’est la blonde de Bob, de Jaques  et de Georges>> (j’ai changé leur nom pour des raisons évidentes). Et oui, Nadine a cinq ans, elle vit un moment important pour elle, à l’époque à tout le moins, et on la présentait comme ça, avant de lui remettre son diplôme, devant tous les parents. Elle était trop jeune pour ressentir amour ou désir mais on avait déjà décidé qu’elle aimait les hommes. Et ça commence au berceau avec des remarques comme :<<Avec des yeux comme ça, elle va en faire tomber des hommes>>, <<Il est vraiment beau, je te dis, toutes les femmes vont être folles de lui!>> voire même <<Oh, Clara et Paul ont le même âge, ils vont faire un beau petit couple>>. Clara ne sera pas fertile avant au moins onze longues années, je crois qu’il y a des choses plus urgentes que sa vie amoureuse pour l’instant.

L’amour et la sexualité prennent une très grande, trop grande place dans notre société si vous voulez mon avis, alors laissez les gens pour qui ces mots ne veulent rien dire en dehors de tout cela. Ils finiront par être rattrapés par ces problèmes bien assez tôt.