Brigade 51: Uni contre l'intimidation

Jade Lapointe du Collège Nouvelles Frontières

Publié le 5 décembre 2016

Logo l'Etudiant

L'intimidation est de moins en moins présente... Cependant, la cyber intimidation frappe de plus en plus. Le fait d'envoyer des photos de nudité d'une autre personne ou bien des textos inappropriés est aussi une sorte d'intimidation. Les écoles, avec l'aide de la police municipale, ont donc bâti la brigade 51. Le but de cette création est d'inciter les finissants à aider et à supporter les plus jeunes dans la problématique qu'est l'intimidation. Voici quelques commentaires recueillis suite à la présentation de la brigade 51 à Nouvelles Frontières:

D'après Marie- Ève...

La baisse de l'estime de soi est en grande partie causée par l'intimidation... Aussi, les enseignants nous sensibilisent, afin d'éradiquer l'intimidation. D'ailleurs, ils nous ont présenté un spectacle par rapport à la brigade 51...

D'après Basma...

Les intimidateurs ce sont plus des garçons, selon moi. Les filles, elles, sont plus unies et les garçons, eux, sont parfois un peu plus portés à faire de l'intimidation. La brigade 51, c'est une brigade qui à été créée pour contrer l'intimidation dans les écoles. Elle est composée de plusieurs élèves, de secondaire 1 jusqu'en secondaire 5.

Ce que j'ai le plus aimé pendant la présentation de la brigade 51, ce n'est pas les tours de magie, mais bien la façon dont M. Leclerc nous a expliqué comment dénoncer l'intimidation!

D'après Julianne...

Par rapport au taux d'intimidation dans notre école, je trouve que l'intimidation est assez bien contrôlée. Les élèves ne font donc pas beaucoup d'intimidation, selon moi. Cependant, les secondaire 1 s'intimident plus les uns les autres, puisque que nous sommes nouveaux et que nous essayons de nous adapter à ce nouvel environnement. La gamme de vêtements permet, d'ailleurs, une grosse baisse de l'intimidation, puisque les gens ne sont pas jugés sur leurs goûts vestimentaires.

D'après moi...

L'intimidation, ça ne procure rien a personne. Ça n'a aucune utilité, puisqu'il y a toujours quelqu'un qui est perdant. Dans mon école, on est comme une famille. On s'entraide et on se soutien les uns les autres. On se chicane, on essaie de se distinguer des autres, mais ça finit toujours de la même façon: on se pardonne et la vie continue...