Encourager ou décourager les lecteurs?

Maude Fecteau de l'École secondaire De l'Île

Publié le 11 février 2015
Étudiant Outaouais

Lire de quatre à six livres par année fait partie des travaux que nous devons faire dans nos cours de français. Je comprends que sans cela, plusieurs élèves ne liraient aucun livre durant tout leur secondaire. Par contre, selon moi, les enseignants ne choisissent pas toujours de bons récits pour encourager les élèves à aimer la lecture. Les histoires rejoignent très rarement les adolescents et sont le plus souvent adressées au sexe féminin.

 

Premièrement, je comprends tout à faire que certains livres sont des classiques et qu’ils doivent être absolument connus et lus. En revanche, les histoires sont souvent inintéressantes pour un élève de 15 ans qui se sent déjà obligé de les lire. Imaginez, l’adolescent n’aime pas lire au départ et son enseignant l’oblige à lire un livre. D’un, il est, en partant, aucunement motivé. Deuxio, son professeur lui présente un roman de 350 pages sans action et qui ne rejoint en aucun point le lecteur. Désolée de vous l’annoncer, chers enseignants et enseignantes de français, mais la plupart des élèves ne liront même pas vos livres. Si vous voulez donner la passion de la lecture à vos élèves, faites des choix judicieux et choisissez des récits que tous pourront dévorer.

 

Deuxièmement, chaque année, je plains les garçons lors de la révélation du nouveau roman que nous devons lire. Ce sont souvent les gars qui n’ont pas envie de lire et vous choisissez toujours des romans avec des histoires d’amour en premier plan dans le schéma narratif. Le goût de la lecture ne pourra jamais être acquis si le livre parle d’une amitié entre un garçon et une fille ou un homme qui essaie de sauver son mariage. Si vous me dites qu’il faut les sortir de leur zone de confort et leur faire découvrir un nouveau genre de récit, je suis tout à fait d’accord avec vous. Cependant, êtes-vous obligés de le faire si drastiquement? Avec mon expérience et les observations tenues dans ma classe, la plupart décrochent de leur lecture au lieu de trouver ça différent et captivant. Bref, pensez à vos jeunes hommes qui n’attendent que de la bataille et de l’action durant leur lecture.

 

En conclusion, des thèmes qui ne rejoignent pas les jeunes et des histoires très loin des intérêts des garçons n’aident en aucun point à encourager les élèves à continuer à lire en dehors des cours de français. Si je peux vous donner quelques conseils, essayez de temps en temps un roman policier ou un roman de terreur avec du sang et de la bataille. Je sais qu’il sera difficile de toujours plaire à tout le monde, car chacun a des goûts qui diffèrent, mais je crois que vous pouvez, enseignants et enseignantes, varier davantage les genres de livres que vous présentez à vos groupes.