Pitbull, ce mal aimé

Kim Marengère-Birkner du Centre l'Escale

Publié le 24 décembre 2015
Étudiant Outaouais

Depuis quelques semaines déjà, la presse et les journaux du Québec ne cessent de radoter au sujet des pitbulls. On tente même d’instaurer une loi afin de bannir tous les pitbulls et je trouve cela épouvantable! Pourquoi bannir une race de chien plus qu’une autre?

Dans les médias, tout ce que nous lisons à propos des pitbulls, ce sont des titres qui ressemblent à ceci : « Personne attaquée par un pitbull », « Enfant défiguré par un pitbull »… Avec des titres du genre, disons que le pitbull ne peut avoir la même cote d’amour que le caniche.

Les gens sont très mal renseignés sur ce type de chien, car la presse ne dit pas les informations comme il se doit. Cela me frustre à un plus haut point ! Tout d’abord, la race dit pitbull n’existe pas. Ce sont des chiens de type pitbull et il y en a trois : le Staffordshire bull-terrier, le American Stratfordshire terrier et le American Pitbull terrier. La presse doit cesser de tous les mettre dans le même bateau malgré leur passé. Je vous explique. Le pitbull a été créé au Royaume-Uni au 19e siècle. On a croisé des bouledogues avec des terriers afin de donner naissance à des chiens robustes pour pouvoir les insérer dans des arènes pour combattre des ours et des taureaux. D’ailleurs, c’est de là qu’il tire son nom : « pit » représente l’arène et « bull » fait référence au taureau combattu. Comme nous pouvons le constater dans les médias, l’histoire des chiens de type pitbull à des conséquences sur son tempérament. L’humain à fait de lui ce qu’il est aujourd’hui et c’est encore l’humain qui détruit sa réputation. Cela me fait tellement de peine, car pour bon nombre de vétérinaires et maîtres-chiens, ces chiens sont décrits comme étant déterminés, travaillants, puissants, joueurs, robustes, fidèles, dévoués, protecteurs et remplis d’affection particulièrement avec leurs maîtres. À ma connaissance, je les vois comme de gros bébés qui ne cherchent qu’à être aimés et cajolés.

Je n’en peux plus d’entendre tous les ragots que disent les médias. Si tous les gens se fiaient à la manière dont ils en parlent, on croirait que les attaques de pitbulls se déroulent tous les jours. Vous seriez d’accord avec moi pour dire que c’est très loin de la vérité. La mauvaise presse dont ils sont victimes ne les aide en rien. Pourtant, en 1970, le « chien tueur » dont la presse parlait tant était le Doberman. Au début des années 1980, le Doberman s’est assagi pour laisser la place au nouveau « chien tueur », le Rottweiler, qui a même été banni de plusieurs pays. Et enfin, dans les années 1990, on n’entend plus parler des Rottweilers et encore moins des Dobermans. Ils ont cédé leurs places au méchant chien : le pitbull. C’est du n’importe quoi! Comment un chien peut devenir dangereux et sage du jour au lendemain? Ça n’a aucun sens. Est-ce que le pitbull est un chien dangereux? Pas plus que n’importe quel autre race ou type de chien. Les attaques de chiens de type pitbull se produisent, mais pas plus qu’avec les autres animaux domestiqués. Des chiens dangereux, ça existe vraiment. Cependant, ils ne sont pas représentés par une seule et unique race. Sans exception, n’importe quel chien peut mordre. Selon une étude faite par le SCHIRPT (système canadien hospitalier d’information et de recherche en prévention des traumatismes), sur 50 races et types de chiens ayant mordu quelqu’un, les races de chiens les plus souvent mises en cause sont le Berger Allemand, l’épagneul Cocker, le Rottweiler et le Golden Retriever. Déjà en 1988, l’ordre des vétérinaires s’exprimait pour dire que bannir une race n’était pas une solution. Alors, pourquoi aussitôt qu’il y a des attaques de pitbulls, celles-ci sont les plus médiatisées? Pourquoi veut-on bannir à tout prix ces chiens de nos régions? Pourtant, lorsqu’un pitbull fait une bonne action, les médias ne sont même pas foutus de dire que c’est un pitbull. Je trouve cela injuste et discriminatoire envers ces pauvres bêtes.

D’après mes recherches, la plupart des statistiques compilées ne permettent pas de conclure à une propension à l’attaque plus importante chez les chiens de type pitbull. Le Dr Richard Wojciechowski, un vétérinaire, a mentionné ceci : « Il n’y a pas que les pitbulls qui peuvent causer des blessures mortelles. Toutes les races de chiens qui ont de grande gueule et une mâchoire forte peuvent représenter un danger. » Alors, je le dis haut et fort, pourquoi pénaliser une seule et unique race pour quelques chiens? Et quand parlerez-vous enfin des autres races de chiens qui infligent des morsures graves? Un pitbull reste un chien, un chien qui ne demande qu’à être aimé et respecté.

Pour terminer, on dit souvent que ce n’est pas la faute du chien, mais bien celle du maître qui doit être sensibilisé à la conséquence d’être responsable d’un chien. Je ne suis pas d’accord. Personne ne peut prévoir comment un animal va réagir et ce n’est pas toujours la faute du maître. Alors, je vous pose la question suivante : « Quand va-t-on sensibiliser les parents de jeunes enfants? » Si tous les parents prévenaient leurs enfants de ne jamais approcher un chien qu’ils ne connaissent pas ou de toujours demander au propriétaire du chien la permission avant de s’approcher d’un chien inconnu, cela éviterait de nombreuses morsures. Je suis pour et restera toujours pour les chiens de type pitbull. Un chien reste un chien peu importe la race ou le type de celui-ci. Il faut que les jugements cessent.