Sections

1:54: À ne pas prendre à la légère

Catherine Pelletier de  la polyvalente Nicolas-Gatineau

Publié le 2 avril 2017

Yan England, (Photo: Philippe Serafino)

Le film 1:54 est le premier long métrage de Yan England. Il est sorti en salle, au Québec, le 13 octobre 2016 et il se classe dans la catégorie des drames psychologiques, ou sociaux, en d'autres mots. 

Yan était le réalisateur et le scénariste de ce film québécois à succès et 1:54 cumule déjà trois prix, soit le Valois du meilleur acteur, par Antoine Olivier Pilon, le Valois Magelis au Festival de film francophone d'Angoulême en août dernier, ainsi que le prix du jury junior au Festival international du film francophone de Namur, en Belgique.

   En résumé, ce film relate l'histoire de deux camarades de classe aux prises avec de graves disputes en raison de l'homosexualité naissante de l'un d'entre eux. Tim, âgé de 16 ans, se fait constamment harceler par d'autres jeunes garçons de son école secondaire. À la suite d'un événement tragique, il décide de prendre les choses en main et de tenir tête à ceux qui le persécutent. C'est alors que Tim décide d'utiliser son talent naturel en course à pied avec pour seul objectif de gagner le 800m de la compétition nationale dans un temps de 1:54 secondes, afin de combattre son principal rival, Jeff, et ainsi lui prouver sa force et sa ténacité. Il sera aidé dans sa quête par Jennifer, déterminée à faire cesser les gestes d'intimidation. Malheureusement, Jeff possède des outils de persuasion contre Tim qui pourraient bien lui faire abandonner ses ambitions sportives et son désir de vengeance.

   En ce qui concerne les acteurs, Tim est joué par Antoine-Olivier Pilon, Jeff par Lou-Pascal Tremblay et Jennifer par Sophie Nélisse, qui sont tous les trois les principaux acteurs du film.

   En conclusion, je recommande démesurément ce long court métrage à tous les jeunes adolescents qui, comme moi, trouvent que l'intimation est un acte qui doit cesser. Lors de ce film, vous serez transportés par le réalisme des personnages qui présentent tous à merveilles leurs émotions et qui vous captivent à chaque mot prononcé. De mon côté, je trouve que ce film donne à réfléchir. On perçoit vraiment en détail toutes les facettes de l'intimidation et l'on comprend, ou essaie de comprendre, tout le poids que les personnes qui vivent de l'intimidation ressentent. C'est difficile à digérer comme on dit! Mais c'est vraiment un film à ne pas prendre à la légère, car derrière tout ça, il existe certainement une particule de réalité où il y a vraiment des gens qui vivent ce genre d'injustice.