Sections

La différence

Yasmin Yandouzi du Collège Saint-Joseph de Hull

Publié le 6 mai 2017

(Photo Deposit/solovyova)

Dans ce texte, je vous raconterai une histoire vraie, une histoire que je connais bien, une histoire que plusieurs vivent régulièrement, une histoire abordant un grand problème... celui de l’intolérance à la différence.

Premier jour de classe, on arrive à l’école et, comme par malheur, nous n’avons pas les mêmes bottes rouges à la mode que tous ou encore les nouveaux crayons qui sentent bons. Les adultes tentent de nous consoler en nous disant que, plus tard, nous serons avantagés de ne pas avoir suivi la masse. Ils nous disent également que les enfants qui nous taquinent aujourd’hui ne s’en porteront que plus mal plus tard, car ils n’auront fait que suivre les normes toute leur vie. C’est ainsi que toute notre jeunesse, nous croyons fermement que la différence est un cadeau du ciel, que nous ne devrions pas avoir honte de porter sur nos petites épaules...

Cependant, la réalité est tout autre…Nous arrivons au secondaire et réalisons que c’est pire! Nous réalisons que les gens dénigrent ceux qui ne font pas comme eux, ceux qui ne respectent pas les normes que la société a imposées. Nous rencontrons des gens qui dénigrent les autres pour se sentir supérieurs, des gens qui pensent remonter leur estime de soi en abaissant celle des autres.  

Même ceux qui s’imposent comme des gens ouverts d’esprit... critiquent. Ils critiquent et jugent les gens différents, ceux qui ont choisi de ne pas suivre les idéaux érigés par la société depuis des siècles. Ils critiquent, certes à voix basse, mais critiquent tout de même.

Que ce soit les publicités, les personnalités influentes, les réseaux sociaux, tous nous répètent: soyez vous-mêmes et soyez fières!

Pourtant, aucun ne met en pratique ses paroles. Par exemple dans les magazines où les idéaux féminins sont toujours hypersexualisées. Où aucune n’est différente des autres. Où toutes sont uniformisées et représentent ce que la société définit comme la perfection.

Selon moi, il est de plus en plus difficile d’afficher sa différence et de se faire respecter, car la société ne fait que restreindre ses barrières. C’est de plus en plus difficile pour les jeunes filles de notre génération de se montrer comme elles sont réellement, sachant qu’elles risquent de se faire traiter de tous les noms.

Pour finir sur une note un peu moins sinistre, je souhaite que cette barrière, qui empêche les gens de faire ce qui leur plaît, ne devienne pas un mur métallique impossible à transgresser.