Sections

Nos rues racontent notre histoire!

Vicky Rochon  du Centre l’Escale                                  

Publié le 3 mai 2017

Le Musée de l'Auberge Symmes (Photo: Dominique Poirier)

L’Outaouais c’est ma région. Je suis née à Gatineau et ce sera toujours mon petit coin de pays. J’adore l’histoire, mais qu’en est-il de celle de Gatineau (Hull, Buckingham et Aylmer)? Notre génération a l’habitude d’entendre certains noms de rues, de boulevards, de ponts et même d’écoles sans se demander d’où ils viennent. Pourtant, Gatineau parle de son histoire à chaque coin de rue. J’aimerais donc partager avec vous l’historique de noms connus de notre région.

Outaouais

Les Outaouais (qui signifie « marchands ») étaient une nation amérindienne du Canada, une famille linguistique appartenant aux Algonquins. En anglais, Outaouais se prononce Ottawa. Ça vous dit quelque chose? Leur habitat se situait aux environs du lac Huron et de l’île Manitoulin. En 1654, les Outaouais étaient les principaux commerçants des Français dans la traite des fourrures. Ils donnèrent leur nom à la rivière des Outaouais jadis nommée Grande Rivière ainsi qu’à notre belle région.

Wright

Philemon Wright (1760-1839) a le titre bien mérité du statut de fondateur de Hull. Originaire du Massachusetts, cet homme visionnaire saisit immédiatement le potentiel de la région : il bâtit plusieurs industries dans le secteur de la chute des Chaudières et du ruisseau de la Brasserie (scierie, moulin à farine, tannerie, forge, distillerie, cimenterie, etc.). Grâce aux visions de monsieur Wright, l’Outaouais devint le siège social de l’exportation forestière en Amérique du Nord et joua un rôle important dans le développement de la région.

Maloney

James Patrick Maloney faisait partie d’une famille de pionniers de Gatineau. À l’âge de 17 ans, il était responsable des affaires du Country Club situé sur le chemin d’Aylmer. Vers 1936, grâce à sa personnalité attachante, il se fit vite des relations qui lui ont permis d’acquérir son premier hôtel.

La Gappe

L’industrie du bois fut la première source économique de la région. Il y avait plusieurs chantiers où on triait les billes de bois sur la rivière lors de la drave. Ces billes de bois appelées pitounes dérivaient sur la rivière en suivant le courant jusqu’aux usines de pâtes et papiers ou de sciage. Ces usines étaient munies d’une installation constituée de débarcadères dans lesquels il y avait une ouverture (« gap » en anglais) pour laisser passer les pitounes. De cette façon, les travailleurs acheminaient le tri des billots de bois pour les diriger vers leur destination ultime. C’est ainsi, qu’à l’époque, les draveurs de la région, francophones pour la plupart, travaillaient sur la gappe.

Eddy

Ezra Butler Eddy (1827-1906) était un homme d’affaires, un industriel et un politicien. Né à Bristol, au Vermont, en 1827, il arriva à Hull vers 1851. Il se spécialisa dans la fabrication de produits divers à partir de bois. Il était aussi reconnu pour ses allumettes. Au début du 20e siècle, E.B. Eddy avait déjà érigé plusieurs industries qui faisaient partie du plus grand complexe d’exploitation forestière au pays. Cette industrie était le principal gagne-pain de la population locale. Toutes ses infrastructures étaient situées autrefois sur la rue Eddy à Hull. Malheureusement, certaines d’entre elles furent détruites par le feu.

Maclaren

Ce nom veut honorer la mémoire de James Maclaren (1818-1892) et l’ensemble de sa famille, des Écossais originaires de Glasgow indissociables à l’histoire de l’ancienne ville de Buckingham. Ces pionniers érigèrent les premiers établissements industriels de cette ville. James Maclaren s’appropria l’industrie du bois de la vallée de la Basse-Lièvre. Il fit construire une papeterie à Masson en plus du barrage hydroélectrique High Falls.

Symmes

Charles Symmes (1798-1868) est le fondateur d’Aylmer. Il arriva en Outaouais vers 1819 en provenance du Massachusetts, aux États-Unis. Neveu de Philemon Wright, il sera engagé par ce dernier pour gérer l’une de ses fermes. Son oncle lui donna un terrain d’environ 1 km2 tout près, aujourd’hui, de l’actuelle Parc des Cèdres dans le secteur Aylmer. Il y érigea des rues, des hôtels, des églises et des écoles tant bien qu’Aylmer, autrefois Symmes’ Landing, devint une ville à part entière en 1847. Symmes finança la construction du premier bateau à vapeur, le Lady Colborne, à naviguer sur l’Outaouais et il fit construire l’auberge Symmes située aux abords du lac Deschênes.

La toponymie de la ville de Gatineau a le rôle de préserver le patrimoine municipal et la culture locale. Elle agit comme témoin de l’histoire et elle sert à ce qu’elle reste gravée dans notre mémoire. Si vous souhaitez en connaître davantage, je vous invite à visiter le site de toponymie de la ville de Gatineau à l’adresse suivante : http://www.gatineau.ca/servicesenligne/BanqueNom/. 

Bonne recherche !