La mort de Derek Boogaard

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les Rangers de New York sont en deuil depuis la mort frappante de l’attaquant Derek Boogaard. Décédé le 13 mai 2011 à Minneapolis, dans l’État du Minnesota aux États-Unis

Étudiant Outaouais

Le bagarreur de 28 ans et de 6 pieds 7 pouces est décédé à la suite d’une maladie dégénérative du cerveau et d’une surdose d’alcool. Ce dernier a été retrouvé sans vie dans son appartement par des membres de sa famille. Après une saison au sein des Rangers et cinq autres avec le Wild, ces équipes ne se seraient jamais doutées que ce jeune dur à cuire aurait succombé à de tels problèmes.

«C’était un être très gentil et chaleureux», a affirmé le directeur général des Rangers, Glen Sather. Le défunt a pris part à 277 matchs dans la Ligue nationale en récoltant 3 buts, 13 passes et 589 minutes de pénalité. Il était reconnu, depuis son arrivée dans la ligue, pour ses talents de bagarreur. Malheureusement, son chemin s’est arrêté assez brusquement à un très bas âge.

Boogaard était très impliqué dans la société et, de plus, il s’est impliqué auprès de plusieurs organismes comme la fondation Garden of Dreams et Defending the Blue Line. Le jeune homme qui a été retrouvé dans son appartement aurait développé une maladie à son cerveau parce qu’il recevait trop de coups à la tête, ou plus précisément au cerveau. Ceci n'est encore qu’une hypothèse, mais plusieurs recherches vont être effectuées dans les prochains mois, grâce à l’autorisation d’avoir son cerveau pour faire des tests. On croit qu’il souffrait d’encéphalopathie traumatique chronique (etc.). Ceci est une maladie parente avec celle de l’Alzheimer. Son état était tellement grave qu’on dit de lui qu’il aurait souffert de démence dès la quarantaine. Alors qu’il jouait pour le Wild du Minnesota, il aurait reçu onze prescriptions de huit médecins différents en trois mois!

Organisations: Ligue nationale, Garden of Dreams, Blue Line

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires