Masculinité stéréotypée

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Sabrina Guerrier du Collège Saint-Joseph

La représentation des femmes et des filles, dans les médias, a fait l’objet d’un vaste débat au cours des dernières années, mais c’est à peine s’il a été question de la façon dont ces mêmes médias bâtissent et renforcent les idées toutes faites sur les hommes et la masculinité.

En effet, les stéréotypes sexuels existent dans la représentation de la gent masculine. Ceux-ci aident à définir ce que doit être un «vrai» homme dans notre société. L'image renvoyée par les médias implique, entre autres, que le contrôle de soi et des autres, l'esprit de compétition et la violence sont des qualités gagnantes.

D’ailleurs, certains universitaires se sont penchés sur la variété de stéréotypes chez les personnages masculins que promeuvent les médias. Ils ont ainsi dressé un portrait des cinq plus fréquents: le bouffon, le dur à cuire, l’homme fort, le grand patron (ou l’homme d’affaires) et le héros. Voyons de plus près les caractéristiques de chacun!

Le bouffon est très prisé chez les garçons, « peut-être parce que le rire fait partie de leur propre masque de masculinité. » Selon ce stéréotype, les hommes et les garçons ne devraient pas être sérieux ni exprimer leurs émotions. Pensons ici aux idiots de service que l’on retrouve dans South Park ou les Simpsons.

Le dur à cuire, prêt à toute heure à risquer sa vie, « à se battre si nécessaire, à ne pas se laisser faire mais à attaquer.» En démontrant sa force et son pouvoir, il s’attire l’admiration de ses confrères et l’adoration des femmes.

L’homme fort, quant à lui, se montre « insensible, capable de résoudre tous les problèmes, ce qui séduit les femmes.» Voilà un stéréotype qui renforce l’idée que les hommes ne devraient jamais laisser paraître leurs faiblesses et être sûrs d’eux.

Le grand patron, défini par son statut professionnel, représente quant à lui l’incarnation des qualités les plus admirées par la société : la richesse et la puissance. L’idée qu’un homme, un vrai, doit être financièrement puissant et réussir socialement est ici mise au premier plan.

Le héros est, pour sa part, fort, dominant, violent et colérique. Vive Batman ou Spiderman…

Ces stéréotypes renforcent une conception de la masculinité basée sur l’agression, la violence et la domination. Soit, les productions cinématographiques et télévisuelles sont à blâmer, mais magazines, journaux et émissions sportives contribuent aussi à l'élaboration du concept de masculinité dans la société moderne. Comme les sports professionnels sont presque complètement dominés par les hommes, les médias qui s’y consacrent communiquent un puissant message concernant virilité et masculinité. Ils donnent un caractère excitant à la violence, mettant l’accent sur la compétition féroce. Ce faisant, ils renforcent l'idée que violence et agression sont des expressions normales et naturelles de la personnalité masculine.

Mais comment les adolescents, en pleine construction de leur identité, reçoivent-ils les divers stéréotypes que leur présentent les médias? De façon générale, les jeunes voient dans un corps musclé et fort les principales caractéristiques de la virilité. Le courage et la protection font aussi partie de ce que les garçons considèrent masculin. La violence constitue donc une caractéristique essentielle de la virilité, et ce, même si les garçons n'en sont pas toujours conscients.

Alors, comment éviter les pièges de l’image figée de la masculinité? En posant le problème suivant: quelles sont les autres alternatives si notre société ne fait que stéréotyper l’attitude de l’homme moderne? Soyez forts, Messieurs, et restez vous-mêmes!

Organisations: Saint-Joseph

Lieux géographiques: South Park

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires