Alexandra Gueye : mannequin du futur

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Katherine Brownrigg du Collège Nouvelles Frontières

Partout dans le monde, la mode est une grande source d'intérêt. Au Collège Nouvelles Frontières, nous avons la chance d'avoir, en cinquième secondaire, une jeune mannequin émergente du nom d'Alexandra Gueye. Elle a 16 ans, elle adore la mode et c'est ce qui l'a influencée à devenir mannequin. Alexandra a accordé une entrevue à L’Étudiant Outaouais.

Qu'est-ce qui t'a donné le goût d’être mannequin?

La raison pour laquelle j'ai décidé d'être mannequin est parce qu'on me l'a suggéré.

Quelle agence te représente?

En fait, j'ai trois agences : une agence à Toronto, une agence à Montréal et l'agence mère qui se trouve à Ottawa. L'agence se nomme «Angies Models».

Devais-tu prendre des cours ou faire des sessions d’entraînement pour avoir les connaissances et les techniques qu'il faut pour être mannequin?

Oui, j'ai suivi une formation pendant six semaines. J'ai pratiqué ma démarche et on m'a enseigné les trucs du «modeling».

Ça fait combien de temps que tu es mannequin?

Ça fait 14 mois.

Quel genre de contrats as-tu eu jusqu'à ce jour?

J'en ai eu plusieurs. Il y a eu notamment Richard Robinson, pour qui j'ai gagné le statut du mannequin de l'année. J'ai ensuite participé à plusieurs gros «fashion shows» avec des designers célèbres à Montréal, Toronto et Ottawa.

Que préfères-tu : les séances de photos ou les défilés? Pourquoi?

Personnellement, je préfère les défilés. J'aime porter des talons hauts! Et marcher le «Catwalk» (Rires). J'aime aussi les défilés, car par opposition aux séances de photos, il y a l’énergie des gens, les lumières et la musique.

Voyages-tu beaucoup pour ton travail?

Oui! J'ai fait neuf voyages à Toronto en l'espace de quatre semaines...

Espères-tu travailler internationalement?

Oui, ça fait partie de mes plans! Des agences de New York et de Paris m'ont approchée.

Avec quels designers as-tu déjà travaillé?

J'ai déjà travaillé pour Richard Robinson, Frank Sukhoo, Dinh Bà, Amber Watkins, David Dixon, Joeffer Caoc, Greta Consantine, Calla Haines, Todd Lynn, etc.

Est-ce difficile vivre une vie normale avec toutes les restrictions que ce métier impose?

Oui, c'est difficile d'équilibrer les études avec les activités de la mode. La mode me demande beaucoup de temps. Disons que c'est un peu difficile de vivre une vie normale avec ça! Je dois aussi manger équilibré et santé ainsi que faire des exercices pour maintenir la forme.

Est-ce que la vie d'une mannequin est aussi belle que les médias nous le démontrent?

Oui et non. Oui pour la vie excitante que la mode nous fait vivre : porter de beaux habits, se faire coiffer, se faire maquiller. Et non, car ça prend beaucoup de préparation, et c'est très fatigant. Parfois, aussi, c'est très décevant, car il a 200 filles pour 10 places. Et nous ne sommes pas toujours choisies.

Te vois-tu faire ce métier plus tard ou as-tu d'autres plans pour ton futur?

Personnellement, je compte bien le faire aussi longtemps que je le peux, mais je compte bien poursuivre mes études. Pour l'instant, c'est plus une passion!

Lieux géographiques: Toronto, Montréal, Ottawa New York Paris

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires