Un drame n’attend pas l’autre au Québec

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Maude Girard Bouchard du Collège Nouvelles Frontières

Depuis l’affaire Turcotte, les meurtres familiaux occupent beaucoup de place dans l'actualité. En ne comptant que le mois d’octobre, plus de trois drames du genre ont été recensés, et ce, uniquement au Québec. Il nous est possible de citer l’homicide de cette fillette de 7 ans en Outaouais, le meurtre d’une femme à Trois-Rivières, en plus d’un autre à Thetford Mines.

Tout d’abord, il y a ce drame qui s’est produit non loin d’ici, le 22 octobre, à Chelsea. Kathrine Dufresne a étranglé sa fille adoptive, Sophie Fitzpatrick, âgée de 7 ans. Cette femme de 53 ans a été transportée à l’hôpital de Hull afin de soigner les blessures qu’elle s’était infligées en tentant de se suicider. Le corps de la jeune fille a été découvert par son père vers 13h alors que celui-ci revenait d’un voyage d’affaires. Dans une petite ville comme celle-là, où tout le monde se connaît, des nouvelles de ce genre font l’effet d’une douche froide.

 

En plus des drames familiaux, il y a les drames conjugaux. Dans cette branche, deux sont survenus en l’espace de vingt jours.

 

Le premier a eu lieu le samedi 1er octobre à Trois-Rivières. L’homme inculpé du meurtre de sa conjointe a plus d’un chef d’accusation qui pèse sur lui. Ce n’est pas la première fois qu’il a à faire face au système judiciaire. Louis-Pier Noël était en liberté conditionnelle à la suite d’accusations de voies de fait sur Edith Bolduc à trois reprises, en janvier et mars dernier. Son contrat de remise en liberté stipulait qu’il ne pouvait pas consommer d’alcool, être en possession d’une arme à feu et lui interdisait d’approcher à plus de 200 mètres de sa conjointe. Cependant, en cette journée fatidique, il a outrepassé l’ensemble des ses conditions. Cette fois encore, nous devrons attendre avant de connaître l’issue de ce procès, étant donné que l’avocat souhaite que son client passe une évaluation quant à sa responsabilité criminelle lors des actes qu'il a commis.

 

En terminant, il y a le meurtre de Thetford Mines, une petite ville dans la région des Chaudière-Appalaches. Dans la nuit du dimanche 23 octobre, Mario Godbout s’est présenté au poste de la Sûreté du Québec afin de leur faire part du décès de sa conjointe, Josée Lauzon. Une fois arrivés sur les lieux, les policiers ont pu observer des éléments soutenant la théorie du meurtre tels que des traces de violence sur le corps de la victime.

 

Ces types de drames sont rendus si fréquents que le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, a annoncé, le 17 octobre dernier, la création d’un comité afin de prévenir ce genre d’homicide.

Organisations: Sûreté du Québec, Services sociaux

Lieux géographiques: Québec, Chelsea, Hôpital de Hull Trois-Rivières Région des Chaudière-Appalaches

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires